Le guide du déménageur



Comment faire face au stress du déménagement

Un déménagement peut être un évènement heureux, promesse d'une vie pleine de perspectives enthousiasmantes. Il peut aussi être mal vécu, notamment s'il est contraint : selon une étude de TNS Sofres, le déménagement serait l'une des situations les plus stressantes après le deuil et le licenciement. Ce mini-tremblement de terre qui porte autant de secousses positives que négatives peut être anticipé. Comment vous préparer à un déménagement et en limiter l'impact sur votre équilibre psychologique ?

Stressant comme un déménagement !

Les raisons liées au changement de domicile sont bien souvent le terreau du stress, voire de l'angoisse. Si la décision de déménager s'est imposée suite à un aléa de la vie (divorce, séparation, deuil, perte d'emploi, manque de moyens financiers...), le déménagement est subi et peut alors devenir source de beaucoup de maux (insomnie, anxiété, dépression, perte d'appétit, somatisations diverses...). Même souhaité (achat d'un nouveau logement par exemple), un déménagement peut générer un mal-être a priori incompréhensible.


Le déménagement, une source de stress qui perdure ! En effet une récente étude que nous avons réalisée montre que 57 % des Français déménagent entre 1 et 5 fois au cours de leur vie. Mais surtout que le facteur le plus stressant dans le déménagement concerne la logistique pour 40 % des sondés. Suivi des démarches administratives pour 32 %, des données qui s’expliquent.


En effet, un déménagement, comme un deuil ou un licenciement, procure un sentiment de perte. Il devient un obstacle à franchir, une frontière entre la vie « d'avant » et la vie « d'après » avec un passage de douane qui réclame son dû : votre santé physique, et parfois mentale ! En vous installant ailleurs, vous quittez un monde que vous connaissez pour entrer dans un environnement différent, parfois inconnu, qui va détricoter les liens affectifs et relationnels que vous avez noués avec vos voisins, vos amis, les commerçants du quartier, vos collègues de travail. Forcé ou désiré, un déménagement va immanquablement engendrer une perte de repères, vous obligeant à renoncer à vos habitudes pour en créer bientôt de nouvelles, peut-être déstabilisantes dans un premier temps. Déménager, c'est accepter de tourner la page, de refermer le livre qui vous a donné tant de satisfaction, pour inventer un nouveau scenario dont l'intrigue manque pour le moins de substance encourageante.


Rappelez-vous les vers du Rondel de l’Adieu, ce beau poème d'Édouard Haraucourt, plus célèbres que son auteur :


"Partir, c'est mourir un peu,

C'est mourir à ce qu'on aime :

On laisse un peu de soi-même

En toute heure et dans tout lieu."


Déménager, c'est aussi faire le vide. Une bonne chose en soi, car faire le tri de vos affaires est une étape nécessaire pour déménager léger. Beaucoup éprouvent des difficultés à se séparer de leurs objets, craignant d'être dépossédées de leurs souvenirs. S'en débarrasser oblige à revisiter son passé, à faire un trait dessus, surtout si, en raison d'une superficie plus petite, on doit renoncer à certains meubles. Mais ce saut vers l'inconnu peut aussi se solder par un atterrissage en douceur. Comme un sportif de haut niveau, préparez-vous pour être le gagnant de cette épreuve !

Avec préparation et organisation, en toute sérénité nous déménagerons !

"Il y a dans tout changement quelque chose d'infâme et d'agréable à la fois, quelque chose qui tient de l'infidélité et du déménagement. Cela suffit à expliquer la Révolution française". Les propos radicaux de Baudelaire pourraient s'appliquer à votre révolution personnelle ! Essayons de faire pencher le curseur vers l'aspect agréable, pour réduire le côté "infâme" de votre déménagement à la portion congrue. Pas de place à l'improvisation, un déménagement se prépare bien amont pour être vécu sereinement.


  •        Faites vos cartons plusieurs semaines à l'avance : nous sommes tous des matérialistes, accrochés à nos vieilles possessions, parfois inutiles ! En désencombrant vos futurs placards et armoires, vous allégez votre esprit. Ayez le courage de jeter, donner ou vendre pour ne pas vous laisser écraser par votre passé. Soyez ancré dans le présent, libérez-vous de certains biens ou objets pour faire de la place à ceux qui vous accompagneront dans votre nouvelle vie.


  •       Anticipez les démarches administratives : la plaie d'un déménagement, informer tout le monde du changement d'adresse, à commencer par les administrations, la banque, les fournisseurs d'énergie. En quelques clics, vous pouvez informer simultanément les organismes publics de vos nouvelles coordonnées  (Service Public), et faire suivre votre courrier (Laposte).


  •       Repérez les lieux : prenez vos marques avant le jour J, sillonnez à pied votre nouveau quartier, rencontrez les commerçants, parlez à vos futurs voisins, lisez le guide touristique de la ville qui vous accueille pour y découvrir les premiers loisirs dont vous profiterez. Toutes les richesses culturelles offertes par votre région d'adoption vont faire grimper l'indice de satisfaction. Considérez le changement comme une aventure positive dont l'élan bénéfique va s'insinuer dans toutes les strates de votre quotidien.


  •     Détendez-vous : relaxation, yoga, respiration,  cohérence cardiaque, visualisation créative, écrire ses émotions, rire, se confier, les techniques pour évacuer le stress ne manquent pas.


  •     Faites appel à des professionnels : rien ne vaut les services de déménageurs pour minimiser le stress. A défaut d'être des psys, ces experts du déménagement ont été confrontés à tant de situations qu'ils sauront appréhender votre cas avec bienveillance et professionnalisme. En vous déchargeant de certaines tâches matérielles (emballage, transport, désemballage), vous allégez le poids psychologique que représente un déménagement.

C’EST DÉCIDÉ , JE DÉMÉNAGE !